Above: excerpt from ELECTRICITY MATTERS' performance, images and editing: Mickaël Bergeron

Below: The entire sound recording of the performance, recorder at Avatar, thanks to Simon Paradis-Dionne and Mickaël Bergeron

{en}

 

For its second performance, ELECTRICITY MATTERS gathered five Canadian artists: Caroline Gagné, Carol-Ann Belzil-Normand, Nathalie LeBlanc, Anne-Marie Bouchard, and Pavlo Lucero. As an ephemeral collective, the group discussed interests, concepts, and possible  ideas through social media chat in order to prepare an improvised sound performance. For three days in November 2015, the collective gathered within the framework of the workshop Sound Improvisation with Electricity, animated by Nataliya Petkova, and held in Quebec City, Canada. The collective worked on elaborating a series of analog synthesizers, tinkering with oscillators and sensors, but also establishing a common conceptual ground. At the end of the process, ELECTRICITY MATTERS performed an hour-long improvised sound piece in front of an unexpectedly large public, while streaming Online.  The performance was made possible thanks to Avatar, centre d'art audio et électronique (Quebec City, Canada).

 

{fr}

 

Pour sa deuxième performance, ELECTRICITY MATTERS a rassemblé cinq artistes canadiens: Caroline Gagné, Carol-Ann Belzil-Normand, Nathalie LeBlanc, Anne-Marie Bouchard, et Pavlo Lucero. En tant que collectif éphémère, le groupe a utilisé les messages instantanés des médias sociaux pour discuter des intérêts, des concepts et des idées communs, dans le but de préparer une performace sonore improvisée. En novembre 2015, le collectif s'est réuni dans le cadre de l'atelier créatif Improvisation sonore avec l'électricité, animé par Nataliya Petkova et tenu dans la ville de Québec, Canada. Pendant trois jours, le collectif a élaboré une série de synthétiseurs analogues, a bidouillé avec des oscillateurs et des senseurs, mais a aussi établi un terrain conceptuel commun. À la fin du processus, ELECTRICITY MATTERS a présenté une performance sonore d'une heure devant un public large, tout en diffusant le tout en ligne. La performance a été possible grâce à Avatar, centre d'art audio et électronique (Québec, Canada).